Magileads, la prospection digitale et omnicanal dans les règles de l’art

par | Juil 27, 2021 | | Data Marketing, Interview

Magileads centralise, crée et automatise toute votre stratégie d’acquisition de clients ! Cette belle success story française combine les meilleurs leviers de l’acquisition digitale pour personnaliser la prospection commerciale, s’appuyant sur une base de données d’une vingtaine de millions de contacts B2B. Cette semaine, BtoB Leaders a eu le plaisir d’échanger avec François Kolli, CEO et cofondateur de Magileads, et Christian Martineau, Head of Partnerships & Alliances.

Je vais d’abord m’adresser à François Kolli, le « serial entrepreneur ». Vous, qui avez créé plusieurs projets (fournitures de bureau, intégration de PC, stockage de CD, DVD et HDD, laboratoires de langue portable), conseilleriez-vous à un jeune porteur de projet de se lancer dans le contexte actuel ?

F. Kolli : Oui, parfaitement, pour une raison simple. Aujourd’hui, grâce au digital, tout le monde peut saisir sa chance. Ce n’était pas forcément le cas à notre époque. La technologie a évolué. Elle a même tout changé. Les jeunes porteurs de projet ont aujourd’hui toutes les cartes en main pour concrétiser leur aventure entrepreneuriale. Je ne pense pas que ce soit la conjoncture actuelle qui peut bloquer le lancement d’un projet bien ficelé et rondement mené.

Je vous propose à présent de zoomer sur Magileads. Pouvez-vous nous retracer, en quelques mots, la jeune histoire de Magileads depuis sa création en 2019, dans un timing assez particulier ?

F. Kolli : Tout a commencé par une observation. J’ai remarqué, dans les projets sur lesquels j’ai travaillé par le passé, qu’il était très compliqué d’avoir des résultats lorsque la prospection digitale n’en était qu’à ses premiers balbutiements. Il fallait jongler entre plusieurs outils entre la base de données, les serveurs d’envoi, etc. Il y avait également un problème de dialogue et de coordination entre les différents prestataires.

Je me suis dit qu’il y avait là un marché à conquérir, notamment en liant les outils les uns aux autres, les interconnecter pour faire de la prospection commerciale dans les règles de l’art. Nous avons donc pensé à mettre à disposition une grande base de données B2B, à créer nos propres serveurs d’envoi pour ne pas être dépendants des prestataires et ainsi disposer de statistiques suffisamment pointues pour générer une carte graphique du prospect, du persona type, et mettre les leads dans un CRM (ou PRM, pour Prospects Relationship Management). Il s’agit ensuite de mettre des boucles d’automatisation en fonction du statut du prospect. C’est donc le constat de manque d’outils qui a donné naissance à Magileads.

Vous intervenez sur une brique cruciale, la première d’ailleurs, qui est celle de l’acquisition de contacts entrants intéressés (leads). Dans un contexte de reprise économique assez incertaine après la parenthèse pandémique, que peut apporter une solution comme Magileads aux entreprises B2B ?

F. Kolli : Je pense qu’il y a deux enjeux :

  • Rester en contact avec ses propres clients. Nous avons la possibilité de récupérer les bases de données de nos clients pour pouvoir les entretenir.
  • Générer de nouvelles opportunités business. Je rappelle que Magileads met à disposition une base de données de 20 millions de fiches nominatives (poste, téléphone, mail, LinkedIn, etc.).

C. Martineau : La problématique de la prospection se pose aujourd’hui avec force pour les directions marketing. L’option du centre d’appel pour la prise de rendez-vous ne fait pas des étincelles côté engagement client, notamment lorsque les bases de données utilisées sont bancales. La plateforme Magileads va permettre de flécher un parcours client pertinent, au travers des différents canaux que l’on adresse (mail, LinkedIn, retargeting vers des Ads, SMS, VMS…). Magileads se distingue également par sa capacité à centraliser toute la stratégie d’accompagnement, d’acquisition, de fidélisation et de notoriété. C’est d’ailleurs ce qui explique l’intérêt des grands comptes pour Magileads.

Après le ciblage, l’utilisateur de Magileads peut intégrer les contacts identifiés dans des séquences d’emails automatiques. Pouvez-vous intervenir plus loin, dans la création du contenu, en l’occurrence ici le corps de l’email de prospection ?

F. Kolli : Oui, de plus en plus. Nos clients nous demandent aujourd’hui d’intervenir également dans la création des messages pour qu’ils puissent se contenter de gérer la partie monitoring. Nous avons d’ailleurs des chargés de compte dédiés à chaque client pour mieux les accompagner sur cette partie.

C. Martineau : C’est effectivement un point important qui fait aussi notre différence. Nous nous appuyons sur cette technologie, mais nous avons aussi des chefs de projet qui vont assister le client sur la stratégie du parcours, sur le monitoring des campagnes et le contenu (ciblage, rédaction de contenus conversationnels engageants, etc.). Nous proposons une couche de services cohérente et complète.

Vos équipes peuvent-elles se servir de la data pour conseiller un contenu plutôt qu’un autre en fonction de la cible ?

F. Kolli : Nous nous appuyons en effet sur toutes les statistiques socioprofessionnelles de chaque campagne pour accompagner nos clients. Nous leur trouvons la bonne cible et le bon type de message à envoyer.

C. Martineau : J’ajouterai que nous avons également la capacité de faire du message dynamique. Nous pouvons modifier un morceau de contenu en fonction du persona sur une même campagne.

Est-ce que cette automatisation, ce côté un peu industriel, est-il compatible avec la personnalisation ?

F. Kolli : Notre base de données compte une trentaine de champs différents. Nous sommes donc capables de personnaliser toutes les variables importantes : fonction, chiffre d’affaires, nombre de collaborateurs, secteur d’activité… Nous avons suffisamment de matière pour personnaliser, ce qui rend le message humain et cohérent.

C. Martineau : De plus en plus de clients nous demandent du micro-ciblage, avec des populations de 5 000 contacts ou moins. Nous mettons en place des opérations ultraciblées avec du contenu personnalisé et pertinent pour ces cibles-là. Il peut s’agir de prospection, mais aussi de communication, autour de la valeur ajoutée de l’entreprise par exemple.

Nicolas Arnaud, cofondateur de Magileads avec vous, a déclaré dans un entretien accordé à Usine Nouvelle en janvier dernier que Magileads réfléchissait déjà à son internationalisation. Qu’en est-il déjà de ce projet ? Et est-ce que vous comptez accompagner des entreprises internationales dans leurs efforts de prospection en France ? Ou est-ce que l’idée serait plutôt de transposer les services proposés en France dans d’autres pays, avec une nouvelle BDD, etc. ?

F. Kolli : On fait les deux. Nous avons des entreprises qui souhaitent louer la plateforme, la remodeler à leur propre image. Elles se chargent de récupérer la data tout en utilisant nos serveurs sécurisés. Nous avons également des clients français qui souhaitent prospecter à l’étranger, et inversement. Nos algorithmes sont aujourd’hui capables de récupérer de la data dans le monde entier. C’est une ambition sur laquelle nous allons accélérer à la rentrée.

Messieurs, je vous laisse le mot de la fin. Que souhaitez-vous dire aux décideurs B2B français et francophones qui liront votre interview ?

C. Martineau : Je leur conseillerai peut-être d’éviter de s’éparpiller sur plusieurs solutions et de se concentrer sur un point unique d’activité autour du marketing digital : Magileads (rires).

F. Kolli : Il y a aujourd’hui une tendance à vouloir aller sur du Growth Hacking. Je pense qu’il faut en effet éviter de se diversifier sur de multiples outils qui ne sont pas interconnectés, avec un coût non négligeable et un côté chronophage au détriment de la prospection à proprement parler. Magileads s’affranchit de cela et se consacre exclusivement à l’acquisition de clients et au ROI.

Ceci pourrait vous intéresser..